The Woodrow, le nouvel écrin hôtelier genevois

THE_WOODROW_BATIMENT

Sommaire

HE_WOODROW_ILLUSTRATION_BATIMENT

Un peu plus d’un siècle après son inauguration, le bâtiment du 37 quai Wilson retrouve sa vocation première et accueille, dès le mois de juin 2020, « The Woodrow », un nouveau venu dans l’hôtellerie d’exception 5 étoiles.

Une bâtisse historique

Des chefs d’état, des têtes couronnées et des artistes du monde entier ont déambulé entre les colonnes de cet ancien hôtel construit en 1901 par l’architecte François Durel et baptisé « L’Hôtel Bellevue ». C’était le temps de la Belle Époque, cette période insouciante qui a précédé la Première Guerre mondiale. Avec son emplacement de prestige offrant une vue imprenable sur le lac Léman et les Alpes, l’hôtel est devenu le rendez-vous incontournable du gotha. A la fois élégant et mondain, il accueillait la haute société, séduite par la magnificence des lieux, tant par ses intérieurs cossus que son faste architectural. Primée juste après sa construction en 1903, sa façade néoclassique s’est, en effet, vite imposée comme l’un des joyaux du patrimoine genevois, grâce à sa profusion d’ornements tels que les consoles sculpturales, les bow-windows, les balcons baignoires, les garde-corps et l’entrée ouvragée du côté de la place Marteau.

Le renouveau de The Woodrow

Près de 120 ans après son inauguration, le bâtiment renoue avec sa vocation première en tant qu’hôtel. Et, c’est autour d’un déjeuner convivial que les propriétaires ont décidé de renommer les lieux « The Woodrow », en hommage à ce quai si prestigieux qui porte le nom du Président Américain Thomas Woodrow Wilson (1856-1924) prix Nobel de la Paix en 1919.

Dans cet écrin au supplément d’âme unique, les hôtes sont invités à découvrir un univers au-delà du « beau », où la luminosité domine avec des appartements spacieux, offrant tous une vue imprenable sur le lac. Quant au décor, il est signé Pierre-Yves Rochon, architecte d’intérieur français mondialement connu pour ses réalisations d’envergure dans l’hôtellerie de luxe aux quatre coins du monde. Son projet pour The Woodrow a été choisi pour son caractère avant-gardiste et son intégrité créative, sublimant l’âme des lieux sans la dénaturer.

Une demeure à part

« Séjourner dans une ville qui n’est pas la sienne comme si l’on y vivait depuis toujours », telle est l’expérience que The Woodrow souhaite proposer à ses hôtes dès le mois de juin 2020. Son ambition ? Faire rayonner le savoir être suisse à l’international. Les clients s’imprègneront de l’art de vivre à la genevoise dans des conditions optimales grâce à ununivers d’une sophistication et d’un raffinement rares où l’art, l’artisanat, le sens du beau, le sens du service et du dévouement, vont au-delà de toute attente. La générosité et l’excellence sont les maîtres mots de ce boutique hôtel d’un nouveau genre.

Si la Maison reste à taille humaine et confidentielle, la restauration offre de son côté d’importantes prestations en disproportion avec l’hébergement. Cette antinomie reflète une volonté forte de s’inscrire dans la communauté locale en lui offrant des lieux aux concepts inédits. La présence d’une clientèle locale renforcera le sentiment des hôtes de « vivre Genève », en séjournant dans « l’endroit où il faut être pour les Genevois ».

Des prestations d’exception

Fleuron de l’offre culinaire de l’hôtel, l’Atelier de Joël Robuchon. Après Paris, Tokyo, New York, Shanghai, Las Vegas, Bangkok ou encore Miami, Genève a l’honneur d’accueillir la première et seule adresse suisse du chef français. Un lieu unique et chaleureux, ouvert sur les fourneaux et le travail des cuisiniers, bien loin des restaurants classiques ou solennels. Ce concept révolutionnaire, imaginé par le chef le plus étoilé au monde de l’histoire et qui fait rimer gastronomie avec convivialité, a été décliné sur tous les continents, suite au succès de l’établissement parisien du boulevard Saint-Germain. Situé au rez-de-chaussée, l’Atelier de Joël Robuchon bénéficie de sa propre entrée quai Wilson le rendant plus indépendant. Il compte 40 places assises au comptoir et deux salles, qui peuvent être privatisées.

Auréolé d’une étoile Michelin quelques mois à peine après son ouverture newyorkaise, le restaurant Le Jardinier prend également ses quartiers au sein de The Woodrow. Dans une oasis de verdure cossue et chatoyante, le chef multi-étoilé Alain Verzeroli y érige le végétal en roi avec une carte imaginée comme une ode gastronomique à la naturalité. Une parenthèse bucolique et gourmande au cœur de la ville.

En sus de ces deux restaurants et parmi les infrastructures offertes à The Woodrow, un Spa proposera, aux clients comme aux Genevois, de faire l’expérience de soins d’exceptions. Deux étages seront consacrés à la beauté et au bien-être avec la collaboration de la Maison parisienne Guerlain, symbole de raffinement par excellence, conjuguant innovation et efficacité avec personnalisation, émotion et sensorialité.

Avec ses partenariats prestigieux,The Woodrow affiche clairement son ambition en se positionnant comme l’un des futurs incontournables de l’hôtellerie genevoise. En jouant la carte de l’excellence et de la disruption, l’établissement offre à ses hôtes de vivre avant tout de réelles expériences. A la fois profondément ancré dans la culture genevoise et ouvert sur le monde, The Woodrow saura séduire les happy few des quatre coins du globe, tout comme la clientèle locale la plus exigeante.

Contact Presse

JBRP x PR & co
Joëlle Belina & Pamela Redaelli

jbrp@pr-and-co.ch
T. +41 22 400 05 14

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.